Accueil » Les législateurs costariciens proposent une loi pour protéger les écologistes

Les législateurs costariciens proposent une loi pour protéger les écologistes

par Yves Pepito Malette
113 vues

Les législateurs costariciens proposent une réforme qui propose une peine de trois à cinq ans de prison pour ceux qui intimident ou exercent des représailles contre les défenseurs des droits humains et de l’environnement.

Le pays a été témoin de crimes horribles commis contre des écologistes et des dirigeants autochtones. Le projet cherche donc à résoudre ce problème.  «Le projet vient établir légalement que tout crime contre la vie et l’intégrité des défenseurs des droits de l’homme et de l’environnement a une composante différente puisqu’il est perpétré en raison de leur travail pour la défense de ces causes», a déclaré Montserrat Ruiz, député de la Libération nationale. Parti (PLN).

Selon les législateurs, le gouvernement costaricien est tenu de respecter d’autres conventions internationales contraignantes sur cette question.

« Il est essentiel que le pays adopte une législation pour protéger les droits de l’homme et les défenseurs de l’environnement, comme le prévoit l’accord d’Escazú. Bien que le traité ait été suspendu, nous ne pouvons pas, en tant que pays, laisser passer des années sans mécanismes de protection pour les militants », a déclaré la députée Ruiz.

En outre, la proposition vise la création d’un bureau spécial du médiateur pour protéger les militants.

Selon Henry Picado, qui travaille pour le Réseau de coordination de la biodiversité, la proposition est solide. Cependant, il est contradictoire que l’accord d’Escazú ait été mis de côté et que ce nouveau projet soit maintenant présenté.

«Je dois dire qu’il est soudainement très contradictoire que l’accord d’Escazú n’ait pas été approuvé, que le PLN ait fait partie de l’opposition au traité international et promeuve maintenant un projet dans le même sens que cet accord régional», a déclaré Picado.

L’expert a également souligné que l’État costaricien est redevable aux organisations environnementales et aux défenseurs des droits de l’homme. Les Nations Unies et la Cour interaméricaine des droits de l’homme ont dénoncé cette situation. Si la proposition est approuvée, le gouvernement aurait un an pour rédiger des règlements sur la question, tandis que le bureau spécial du médiateur créé devrait ouvrir dans les 18 prochains mois.


Related Articles

Laisser un commentaire