Accueil » L’Église catholique du Costa Rica a été reconnue coupable d’abus sexuels sur mineur

L’Église catholique du Costa Rica a été reconnue coupable d’abus sexuels sur mineur

par Yves Pepito Malette
112 vues

Un tribunal costaricien a annoncé que l’Église catholique devra payer une indemnité de 65 millions de colones (100 000 $ US) et les frais de justice, équivalant à 10,6 millions de colones, soit près de 16 000 $ US.

La sentence établit que la Conférence épiscopale du Costa Rica, l’Archidiocèse de San José, et l’archevêque de San José, José Rafael Quirós Quirós, devront payer conjointement les dommages causés à la victime d’un abus sexuel causé par l’ancien prêtre Mauricio Viquez Lizano. En mars, le tribunal pénal du Costa Rica a condamné Víquez Lizano à 20 ans de prison. La Cour a reconnu l’ex-prêtre coupable d’abus sexuels et de viol sur un garçon de 11 ans en 2003.

En outre, la décision du tribunal indique clairement que les autorités ecclésiastiques ont couvert les crimes.

José Rafael Quirós Quirós, l’archevêque de San José, et la Conférence épiscopale du Costa Rica, sont conjointement responsables, en vertu de la relation de travail de l’ancien prêtre Víquez Lizano, incardiné dans l’archidiocèse de San José lorsqu’il a commis les infractions sexuelles contre le plaignant et la dissimulation respective de ces actions.

L’avocat du plaignant, Rodolfo Alvarado, a expliqué que cette décision marque une étape importante dans l’histoire judiciaire du Costa Rica, car il s’agit d’une condamnation contre l’Église catholique, ce qui est sans précédent pour des crimes de cette gravité.

Víquez Lizano était un porte-parole de l’Église catholique au Costa Rica. Il a été expulsé en 2019, par l’archevêque Quirós, après son procès canonique. Après avoir appris l’accusation, Viquez s’est enfui au Mexique en 2018, où il a été arrêté un an plus tard et extradé vers le Costa Rica en mai 2021.

«Contre l’arrêt, nous déposerons un recours pour violation du droit procédural auprès de la première chambre de la Cour suprême afin que, tant que la chambre n’aura pas statué sur l’appel, le jugement ne soit pas définitif», a expliqué l’archidiocèse.

Enfin, ils ont affirmé leur confiance dans le système judiciaire du Costa Rica et déclaré qu’ils accepteraient la décision finale. «Comme nous l’avons indiqué depuis le début du procès, nous faisons entièrement confiance au système judiciaire et aux juges costariciens, et nous respecterons ce qui est déterminé dans le jugement», ont conclu les représentants de l’Église catholique.

Selon l’avocat de la victime, l’attitude de l’Église est honteuse et va à l’encontre des directives données par le pape François, qui a ordonné à ses subordonnés d’indemniser les victimes de ces crimes.

Related Articles

Laisser un commentaire