Accueil » Qui est le président du Costa Rica?

Qui est le président du Costa Rica?

Rodrigo Chaves Robles a été élu comme 49e président le 8 mai 2022

par Yves Pepito Malette
3,5K vues

Rodrigo Chaves Robles est né le 10 juin 1961 dans le district métropolitain de Carmen, dans le canton central de San José.

Il a décroché un B.S., un M.A., et un doctorat en économie agricole à l’Ohio State University. Avant d’être nommé ministre, il a exercé en tant que directeur pour la Banque mondiale en Indonésie et dans divers pays d’Amérique, d’Europe et d’Asie.

En 1992, avant de compléter son doctorat, l’Institut pour le Développement International de l’Université Harvard lui a accordé une bourse de quatre mois pour étudier la pauvreté, la pauvreté rurale, ainsi que les micro et moyennes entreprises en Indonésie. Après son doctorat, la Banque mondiale lui a proposé un poste pour publier ses recherches.

Pendant son séjour dans le pays, il a rencontré celle qui allait devenir sa deuxième épouse, l’économiste lettone Signe Zeicate, avec qui il s’est marié en 2012 et a eu une fille nommée Isabela.

Peu avant sa nomination en 2019 comme ministre des Finances, il a occupé le poste de directeur de la Banque mondiale en Indonésie, qu’il a quitté suite à une sanction pour «comportement inapproprié» envers les femmes, avant d’être nommé au gouvernement deux jours après sa démission. Plusieurs de ses collègues féminines avaient dénoncé son comportement, ce qu’une enquête interne menée par l’organisation a par la suite confirmé.

Le tribunal administratif de la Banque mondiale a noté qu’une enquête interne avait trouvé que de 2008 à 2013, Chaves a fait des commentaires non sollicités sur l’apparence physique, des insinuations sexuelles répétées et des avances sexuelles non désirées envers plusieurs employés de la banque. Ces détails ont été répétés par le département des ressources humaines de la banque dans une lettre à Chaves, mais il a décidé de le sanctionner pour inconduite plutôt que pour harcèlement sexuel. Chaves a nié toutes les accusations de harcèlement sexuel.

En tant que ministre des Finances du Costa Rica

Le président du Costa Rica, Carlos Alvarado Quesada, a nommé Chaves ministre des Finances le 30 octobre 2019. Il a officiellement pris ses fonctions le 26 novembre de la même année, en affirmant que ses priorités seraient de garantir le respect des lois fiscales, d’augmenter la collecte des impôts existants, de combattre l’évasion fiscale et de continuer à maîtriser les dépenses publiques.

Chaves a affirmé avoir pris la décision d’accepter la hiérarchie du Ministère des Finances pour deux raisons : la patrie et la mère. La première, car lorsqu’Alvarado, le président, l’a contacté pour partager sa vision du pays, les politiques publiques qu’il mettait en œuvre et ce qu’il voulait faire, il a senti qu’il devait relever le défi. La seconde, parce que sa mère, âgée, avait besoin de quelqu’un pour prendre soin d’elle après le décès de sa sœur.

«En 2019, ma mère est restée seule parce que ma sœur, qui s’occupait d’elle, est décédée. Et l’opportunité s’est présentée, le président de la République m’a appelé pour me proposer le Ministère des Finances, et quand la mère et la patrie appellent, qui peut dire non…?» a exprimé le chef d’État.

Mais, le passage de Chaves au Ministère a été bref et marqué par des controverses en raison de ses déclarations dans la presse, non autorisées par le président, comme l’idée d’imposer une taxe sur les salaires supérieurs à 500 000 colones; et pour avoir publié une lettre dans laquelle il demandait le veto d’une loi adoptée par l’Assemblée législative, qui excluait les Municipalités, de la Loi de Renforcement des Finances Publiques promulguée en 2018 pendant la crise fiscale.

Le 22 avril 2020, le directeur de la Caisse costaricienne de sécurité sociale (CCSS), Mario Devandas, a publiquement critiqué le ministre des Finances, affirmant que lors d’une réunion avec la participation d’Alvarado, Chaves avait déclaré qu’il était impossible de sauver le Fonds, car le pays ne pouvait pas faire faillite pour cela.

Le 19 mai 2020, Chaves a écrit une lettre à Alvarado lui demandant de mettre son veto à une loi adoptée ce jour-là par le Congrès, excluant les municipalités de la règle fiscale établie par la loi 9635. Alvarado ayant refusé, Chaves a présenté sa démission.

Sur le chemin de la présidence de la République

Chaves Robles a annoncé en juillet 2021 sa candidature à la présidence sous l’étiquette du Parti progrès social démocratique (PPSD). Sa campagne s’est concentrée sur le changement par rapport aux trois principaux partis du pays, tout en rejetant les extrêmes de l’échiquier politique. Il a proposé un plan en cinq étapes pour réduire le coût de la vie, incluant la suppression des taxes sur les aliments de base et les articles ménagers, la baisse des prix du riz et de l’électricité, l’élimination des monopoles et le soutien aux agriculteurs.

Son programme était axé sur la lutte contre la corruption et la mauvaise gestion, qu’il considérait comme les principales causes de l’appauvrissement du pays. Il s’est montré favorable à une interdiction stricte de l’avortement, y compris en cas de viol, et s’est opposé à l’euthanasie et aux mariages homosexuels (bien que légaux au Costa Rica depuis 2020).

Le Parti du progrès social-démocratique, dirigé par Chaves, s’est engagé à lutter contre la corruption en punissant ceux qui ne dénoncent pas les fautes professionnelles. Chaves a promis de promouvoir la transparence entre le gouvernement et la presse, les universités et les citoyens, notamment par des rapports quotidiens sur les activités des institutions publiques. Son plan pour l’emploi visait à encourager davantage de femmes à intégrer le marché du travail et à augmenter le nombre de diplômés en STEM. Il a également soutenu l’éducation bilingue et promis d’accueillir favorablement les entreprises étrangères au Costa Rica. Il s’est prononcé contre la vaccination obligatoire contre la COVID-19.

Reuters a rapporté que Chaves s’était forgé une réputation d’anticonformiste. Rotsay Rosales, politologue et directeur de l’Observatoire National des Politiques de l’Université du Costa Rica, a déclaré : «Chaves adopte une position économique libérale, est socialement conservateur, pro-loi et ordre, et critique la classe politique.»

L’annonce a été faite dans la nuit du 6 février que Rodrigo Chaves affronterait l’ex-président José María Figueres Olsen, membre du parti PLN, lors du second tour des élections prévu pour le 3 avril. Un fait cocasse: le père de Rodrigo Chaves a occupé les fonctions de garde du corps et de chauffeur pour Pepe Figueres, le père de José María Figueres Olsen alors qu’il était président de la république.

Avec 16,8 % des voix, Chaves s’est qualifié pour le second tour. Ronald Alfaro du Centre de recherches et d’études politiques de l’Université du Costa Rica a observé : « Une partie de la population, défiante envers les partis traditionnels, est séduite par des discours autoritaires et messianiques, comme celui de Chaves. Cette tendance, bien que minoritaire, a bénéficié de la fragmentation de l’offre électorale avec 25 candidats, permettant ainsi à Chaves d’accéder au second tour. »

Le 3 avril 2022, il a été élu président de la République avec 52,85 % des voix et a pris ses fonctions le 8 mai suivant. Lors de son investiture, il a prêté serment la main sur la Bible et a affirmé que « la crainte de Dieu est le fondement de la sagesse d’un gouvernant ». Cependant, il ne disposait pas de la majorité au Congrès, son parti ne détenant que 10 sièges sur 57, l’obligeant à composer avec les autres forces politiques.

Chaves a pris ses fonctions le 8 mai 2022, devenant ainsi le 49ème président du Costa Rica. Il a été investi la main sur la Bible, déclarant dans son discours que «la crainte de Dieu est la base de la sagesse d’un dirigeant».


Related Articles

Laisser un commentaire