Accueil » Lettre ouverte d’une tortue nouveau-née au Costa Rica

Lettre ouverte d’une tortue nouveau-née au Costa Rica

Entre terre et mer : ma lutte pour rejoindre l'océan

par Yves Pepito Malette
586 vues

Dans le silence de la nuit, sous le ciel étoilé d’Ostional, au Costa Rica, je m’apprête à entamer le voyage le plus périlleux de ma courte vie. Enveloppé dans l’obscurité sécurisante de mon œuf, je sens l’heure venue. Je suis une petite tortue, prête à éclore, portant en moi l’héritage d’une lignée qui a bravé bien des dangers.

L’éclosion est imminente. Chaque craquement de ma coquille est un appel à l’aventure, un pas vers l’inconnu. La plage d’Ostional, qui a aussi été le berceau de ma mère, est un théâtre de vie et de mort où chaque seconde compte. Je dois braver les prédateurs – les oiseaux de proie, les crabes voraces et les autres créatures de la nuit – dans une course effrénée vers l’océan Pacifique, mon nouveau sanctuaire.

Jadis, nos nombres ont décliné, assaillis par les braconniers sans scrupules et les dangers environnementaux. Mais nous avons persévéré, soutenus par les efforts de conservation et la protection de nos sites de nidification, grâce aux peuples locaux de plus en plus sensibilisés.

Pourquoi cette lutte est-elle si cruciale ? Parce que chacune de nous qui atteint l’océan est un espoir, une étincelle de vie qui perpétue la chaîne de notre existence. Nous sommes des acteurs essentiels de l’écosystème marin, contribuant à la santé des habitats de coraux et des herbiers marins par notre alimentation et nos migrations. Notre survie est intrinsèquement liée à la santé de la planète.

Pour survivre, je dois faire preuve d’une détermination sans faille. L’instinct et la volonté de vivre m’orientent, mais c’est mon courage face à l’adversité qui me définira. Je dois me hâter, user de ruse pour échapper aux prédateurs, et ne jamais perdre de vue mon objectif : l’océan, où je pourrai enfin nager libre, explorer les vastes étendues bleues et, un jour, revenir sur cette même plage pour perpétuer le cycle de la vie comme mes ancêtres.

Ainsi, sous le regard bienveillant du clair de lune, je poursuis ma quête, armé de courage et animé par l’espoir. Car dans le cœur de chaque bébé tortue qui s’aventure vers l’océan se trouve la promesse d’un avenir meilleur, pour nous et pour la Terre. Les cris des oiseaux prédateurs dans le ciel me rappellent à chaque seconde l’urgence d’aller directement vers cet océan de liberté.

Lorsque finalement, après un périple semé d’embûches, j’atteindrai les premières vagues caressantes du Pacifique, un sentiment de liberté incommensurable m’envahira. Libéré de la contrainte de ma coquille, échappé aux griffes affamées des prédateurs terrestres, ce premier contact avec l’eau sera une révélation.

Dans cet instant magique, je ne serai plus simplement une survivante; je deviendrai une exploratrice de vastes étendues, libre de tracer mon propre chemin dans le labyrinthe des courants marins. La liberté ne sera pas seulement physique, mais profondément ancrée dans mon être, car j’aurai surmonté les obstacles qui se dressaient entre moi et mon destin.

L’océan, avec ses mystères et ses merveilles, deviendra mon domaine, où je pourrai nager vers des horizons lointains, découvrir des sanctuaires secrets sous les vagues et, surtout, vivre selon les lois immuables de la nature.

Les êtres humains détiennent une influence déterminante sur le devenir des tortues marines, à l’instar de moi-même, en adoptant une éthique de responsabilité et en implémentant des stratégies de préservation.

La pollution plastique représente une grave menace pour notre espèce, pouvant entraîner ingestion accidentelle ou emmêlement. Prendre des mesures pour diminuer, réutiliser, et recycler les matières plastiques, ainsi que procéder au nettoyage des littoraux et des fonds marins, est crucial pour la préservation de nos habitats.

En prenant ces actions, les humains peuvent contribuer significativement à la survie de notre espèce et à la santé des océans, assurant ainsi que les générations futures de tortues marines – et d’humains – peuvent prospérer ensemble sur cette planète que nous partageons.

Cette liberté est le cadeau ultime de ma lutte, un droit de naissance pour lequel ma famille et mes ancêtres ont combattu avec acharnement. Elle symbolise non seulement ma survie individuelle mais aussi la continuité de mon espèce, une chaîne ininterrompue de vies qui s’étend à travers les âges.

En plongeant dans l’océan, je plonge dans l’histoire de ma lignée, honorant ceux qui ont tracé le chemin avant moi et forgeant un lien indélébile avec les générations futures.


Related Articles

6 commentaires

Bébé tortue

Sylvie Lachapelle 4 février 2024 - 14 h 14 min

Très beau texte qui me rappelle de superbes souvenirs de notre visite sur cette plage bondée de tortues.❤️

Répondre
Yves Pepito Malette 4 février 2024 - 15 h 01 min

Que de beaux souvenirs précieux.. merci.

Répondre
Laurent Huard 4 février 2024 - 14 h 37 min

très beau texte Yves !

Répondre
Yves Pepito Malette 4 février 2024 - 15 h 00 min

Merci de nous lire 😉

Répondre

Bonjour courageuse tortue!

Jeannot Trudel 4 février 2024 - 18 h 53 min

Je te souhaite un périple sans embûches pour que ton retour au bercail soit fécond et te permette de perpétuer ta noble lignée.

Répondre
Yves Pepito Malette 4 février 2024 - 20 h 27 min

Merci pour l’encouragement 😉

Répondre

Laisser un commentaire