Samedi, mars 25, 2023
AccueilACTUALITÉSL'héritage de mon père comme président du Costa Rica

L’héritage de mon père comme président du Costa Rica

Avec une mère canadienne à mes côtés ...

Beaucoup se souviennent de mon père, Daniel Oduber Quirós, pour avoir été président de la République du Costa Rica de 1974 à 1978 et pour sa carrière politique, développée pendant de nombreuses années: à partir de sa participation au Centre d’étude des problèmes nationaux, comme membre du Conseil fondateur de la Deuxième République, comme participant à la Révolution de 1948 (et à l’abolition de l’armée) avec José Figueres Ferrer, Luis Alberto Monge et Francisco Orlich, comme l’un des pères fondateurs du Parti de libération nationale, comme diplomate, comme membre du Congrès pour deux mandats, comme président du Parlement, et comme ministre des Affaires étrangères. En plus de sa carrière politique, il était également poète, basketteur, danseur de tango, philosophe et avocat.

Il aimait tellement l’agriculture et l’élevage qu’il a acquis une ferme à Liberia, Guanacaste, et dans de nombreuses régions, tout au long de sa vie. « La Flor », comme il l’appelait, était dédiée à l’expérimentation des cultures de mangues, d’avocats, de citrons et de canne à sucre, à l’élevage bovin, et comprenait une usine d’emballage à la disposition des petits agriculteurs. Ma famille a fait don de la ferme à l’Université EARTH pour le développement d’études sur les sciences agricoles et l’entrepreneuriat, ainsi qu’un programme de bourses pour les étudiants à faible revenu. EARTH-La Flor développe également des projets d’énergies renouvelables.

Il a été dit que l’héritage de mon père dépasse le travail matériel et les institutions qu’il a fondé ou aidé à créer. Tout au long de ma vie, j’ai appris à le connaître comme l’homme d’État qui a gouverné avec sacrifice personnel en faveur de tous les secteurs sociaux de son temps.

Je vais souligner certaines de ses actions que je considère comme les plus importantes à retenir :

Sur la scène internationale, les gens disent que mon père était une figure de classe mondiale. Il a été vice-président du Parti de l’Internationale socialiste. Il entretenait une grande amitié avec des personnalités influentes de la politique internationale telles que Willy Brandt, Omar Torrijos, François Mitterrand et Carlos Andrés Pérez. Certaines de ses actions en politique étrangère ont été le rétablissement des relations consulaires avec Cuba, le soutien au Panama dans la nationalisation du canal et l’ouverture de pourparlers sur l’île de Contadora pour résoudre les conflits militaires en Amérique centrale.

Certains de ses projets d’infrastructures nationales comprenaient le renforcement des bâtiments de l’Université nationale et de l’Université du Costa Rica, le début de la construction de ce qui est aujourd’hui l’Aéroport international Daniel Oduber, projetant le grand développement touristique de Guanacaste autour du golfe de Papagayo.

Aux côtés de son ministre de la Santé, le Dr Herman Weinstock, il a mené un effort extraordinaire pour inaugurer de nouvelles cliniques de santé, et le 25 juillet 1974, lors de la célébration de l’annexion de Nicoya, il a annoncé qu’il prendrait de nouvelles mesures pour atteindre assurance sociale universelle. Leurs trois réalisations fondamentales ont été : unifier les services hospitaliers afin qu’ils soient tous intégrés au système de sécurité sociale, amener les services de santé dans les zones rurales où il n’y avait pas de routes, lutter contre la malnutrition infantile et offrir des services de santé tels que le déparasitage et les vaccins. 

Vidéo d’archives. Daniel Oduber Quirós visite sa province favorite – le Guanacaste.

L’Institut technologique du Costa Rica (ITCR) et l’Université d’État à distance (UNED) ont également été créés sous son administration, afin que l’enseignement supérieur atteigne l’ensemble du territoire national. Il a également soutenu avec Fernando Volio l’ouverture de l’Université autonome d’Amérique centrale (UACA).

Dans le domaine culturel, le Parc métropolitain de La Sabana et le Musée d’art costaricien ont été créés, là où se trouvait auparavant l’Aéroport international du Costa Rica, avec le soutien du ministre de la Culture, Guido Sáenz González.

Enfin, il convient de mentionner que mon père a pris des mesures à la Banque centrale pour maintenir la stabilité monétaire pendant son gouvernement, et il a réussi à réduire l’inflation de 40 % à 9 % et à augmenter les réserves monétaires et à stimuler la production nationale dans l’industrie, l’agriculture et à augmenter les exportations.

J’étais trop jeune pour comprendre la politique, et malheureusement, mon père a subi une disqualification cruelle et la persécution par des ennemis politiques, qui avaient de l’influence dans l’opinion publique. Il a souffert en privé, tombant malade et accumulant sa dépression interne jusqu’à sa mort le 13 octobre 1991.

Mon expérience la plus proche de cela a été lorsque je jouais dans la rue avec mes voisins à l’âge de 12 ans, et que des journalistes m’ont tiré dans une camionnette et m’ont demandé des détails personnels sur sa vie. Ce même après-midi, l’un d’eux est entré dans le bureau de mon père, qui lui a donné des coups de pied, et il a fait la Une des journaux, mais il n’a pas diffusé ce qui s’était passé afin de me protéger.

Il n’a jamais été annoncé qu’il avait remporté de nombreux procès contre les médias qui l’accusaient ni que la personne qui disait avoir des liens avec le trafic de drogue et des liens avec mon père avait été acquittée lors d’un procès de moins de dix minutes devant les tribunaux des États-Unis. 

Un extrait passionné (60 secondes) d’un discours de Daniel Oduber Quirós (1974). Avec sous-titres en français.

Et plus tard, après un acte pervers qui s’est produit contre lui dans le cadre du quarantième anniversaire de la libération nationale à San Ramón, il est mort chez lui d’une crise cardiaque dans la nuit. Je me souviens que la triste ressemblance de son départ douloureux était comparée à ce qui s’était passé à Hamlet, à tel point que Leonardo Perucci dédia à sa mémoire la mise en scène de cette pièce au Théâtre National.

En référence à ces circonstances, l’ancien président Luis Alberto Monge a dit un jour : « comme Daniel de l’Ancien Testament, tout le monde reconnaît son extraordinaire intelligence. C’est alors que commencent les doutes, les critiques et les attaques… ».

Son cœur reste dans la municipalité de Liberia, dans sa province adorée ; et l’ancien président José Figueres Ferrer, avec le maire Johnny Araya, a dévoilé quelques années plus tard la sculpture créée par Ólger Villegas, devant le bâtiment métallique, où il se promenait quotidiennement pendant son enfance pour fréquenter l’École Buenaventura Corrales.

Sa bibliothèque et ses archives présidentielles ont été remises à l’Université d’État à distance (UNED), dans le cadre de son 40e anniversaire.

La version plus longue et originale de cet article à été publié en anglais dans le site internet de Anna Maria Oduber intitulé Diplomat Mom.

Anna Maria Oduber
Anna Maria Oduber
Son père, Daniel Oduber Quirós, a été président du Costa Rica entre 1974 et 1978. Sa mère, une Canadienne née à Ottawa, a aussi beaucoup contribué à l’amélioration des conditions sociales du pays comme première dame du Costa Rica. Ses expériences incluent des voyages pour les négociations de l'ONU sur le changement climatique et des fonctions de ministre conseillère à Washington D.C. et à La Haye pour le gouvernement du Costa Rica. Anna Maria a décidé de créer un blog afin de partager son héritage familial, ses parcours et ses défis tout en essayant d'atteindre un mode de vie sain et un juste équilibre entre travail et famille.
RECOMMANDÉ PAR PEPITO

3 Commentaires

  1. Wow quel beau partage, je connaissais une partie de son histoire et j’en étais impressionnée alors imaginez maintenant.
    Muchissima gracias por compartir con nosotros

  2. Merci pour ce partage d’informations sur votre père, ça m’aide à connaître davantage l’histoire du Costa Rica… J’ai lu dans un autre article la contribution de votre mère à l’apport des bibliothèques pour les enfants dans les écoles du Costa Rica et j’en suis très touché… Félicitation à vous et bonne continuité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

- Advertisment -
Costour

COMMENTAIRES RÉCENTS

DÉCOUVREZ LE COSTA RICA