Accueil » Le Costa Rica s’engage à résoudre le problème de la pollution plastique

Le Costa Rica s’engage à résoudre le problème de la pollution plastique

par Yves Pepito Malette
297 vues

Selon le ministère de la Santé du Costa Rica, plus de 40 tonnes de déchets plastiques ne sont pas récupérées ou capturées par les systèmes de collecte et de recyclage chaque jour, ce qui signifie que 314 000 tonnes de déchets plastiques se sont échappées dans l’environnement pendant ce siècle.

Le représentant résident du PNUD au Costa Rica, José Vicente Troya, a déclaré que sa vision était de faire du Costa Rica le premier pays au monde à résoudre le problème du plastique.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et plusieurs entités costaricaines élimineront environ 200 000 tonnes de plastiques non recyclables qui ne sont pas correctement éliminés et n’atteignent pas les décharges sanitaires.

Le PNUD a lancé le projet conjoint Paysages sans plastique, grâce auquel ils coordonneront leurs efforts pour éliminer des tonnes de plastiques nocifs des écosystèmes terrestres et marins d’ici 2030.

La présentation du projet a été faite à San José, où il a été expliqué que l’usine de traitement de Pedregal, province de Heredia, recevra la plupart des plastiques non récupérables pour les transformer en matière première pour la construction en utilisant la technologie CRDC.

De plus, ils ont indiqué que des barrières seraient installées dans les rivières pour collecter les plastiques et accélérer le processus de nettoyage. Ils ont exhorté les entreprises de recyclage, le secteur privé, les organisations et les citoyens à se joindre à la récupération du plastique sans valeur afin qu’il puisse être utilisé dans les matériaux de construction.

Le PNUD a également révélé que la pollution plastique est l’un des plus grands défis environnementaux de l’humanité et représente une menace importante pour les populations vulnérables vivant près des rivières ou dépendant des écosystèmes côtiers ou marins au Costa Rica.

«Nous avons des alliés formidables, et nous voulons organiser une campagne nationale dans laquelle personne n’est laissé pour compte en participant à une solution historique qui puisse inspirer le reste du monde», a-t-il noté.

Le projet Paysages sans plastique propose l’installation de quatre clôtures de collecte de déchets en plastique dans quatre des rivières les plus polluées du Costa Rica : Virilla à San Antonio Belen, Grande Tarcoles à Orotina, Parismina côté Caraïbes et Terraba dans la zone sud.

David Zamora, directeur commercial de Pedregal et directeur technique de CRDC, a souligné l’impact positif de cette alliance.

«Cette alliance apportera une solution définitive et durable à tous les déchets plastiques, permettant au Costa Rica de continuer à se positionner comme un leader mondial du développement durable et de la protection de l’environnement», a déclaré Zamora.

Related Articles

5 commentaires

Josée Lapointe 30 juillet 2022 - 11 h 19 min

Je suis impressionné par la quantité de matières plastiques non récupéré, ouffff !! C’est un sujet très préoccupant, merci au Costa Rica de se donner un objectif de récupération et de transformation, j’ai aussi vu qu’un organisme à Coco nettoie la plage et enseigne aux enfants l’importance de la récupération 🙂

Répondre
Yves Laverdière 1 août 2022 - 12 h 32 min

Une fois de plus, je vois que le Costa Rica est en avance sur plusieurs pays industrialisés
Merci de nous sensibiliser encore plus sur ce phénomène

Répondre
Danielle 1 août 2022 - 17 h 09 min

Très préoccupant pour la planète. En espérant que d’autres pays suivront l’exemple.

Répondre
Chantal Moreau 1 août 2022 - 17 h 22 min

Lors de ma dernière visite, j’ai été impressionnée de voir que les déchets plastiques n’étaient pas récupérés pour être recyclés. J’espère que le Costa Rica ira rapidement de l’avant avec ce projet. Merci pour cet article Yves !

Répondre
Danièle Marchand 9 août 2022 - 0 h 20 min

Je suis aussi très étonnée de la sur-utilisation des sacs plastics dans les supermarkets, dans les boutiques, etc…pour ma part, il y a longtemps que j’utilise un sac à commissions réutilisables comme au temps de nos grand-mères…

Répondre

Laisser un commentaire