Accueil » Un regard sur la prostitution au Costa Rica

Un regard sur la prostitution au Costa Rica

Une activité légale, oui mais avec ses limites!

par Yves Pepito Malette
2,3K vues

La prostitution est légale au Costa Rica pour les personnes de plus de 18 ans. Cependant, il est important de noter que, bien que la prostitution en elle-même soit légale, d’autres activités associées, telles que le proxénétisme, ne le sont pas. À cet égard, la légalité de la prostitution au Costa Rica est similaire à celle de pays comme l’Allemagne et les Pays-Bas.

En fait, le système juridique du Costa Rica est basé sur le droit romain. Contrairement à la plupart des pays américains qui suivent le droit commun. En droit civil romain, si quelque chose n’est pas spécifiquement interdit dans leurs codes pénaux, il devient légal par procuration. Ce qui est le cas du commerce du sexe au Costa Rica.

Vous constaterez, en réalité, que la prostitution est acceptée comme un moyen légitime pour les femmes dans le commerce du sexe de gagner leur vie.

Au lieu d’être une industrie cachée dans l’ombre comme aux États-Unis et ailleurs, les prostituées au Costa Rica bénéficient de syndicats organisés. Ainsi que de cartes médicales, d’accès aux soins de santé et de protection policière. Les travailleurs du sexe professionnels doivent être régulièrement examinés par un médecin. Ils sont éligibles pour un examen médical gratuit tous les 15 jours. Tant qu’ils ont une carte d’identité de la Caja Costarricense de Seguro Social (Programme de sécurité sociale).

Les villes les plus populaires pour la prostitution au Costa Rica incluent San Jose, Jaco et Tamarindo. Cependant, ce phénomène existe également dans d’autres communautés très prisées par les touristes. Telles que Manuel Antonio et Playa del Coco. Comme la prostitution féminine, la prostitution masculine est aussi disponible dans ces communautés.

Bien que la prostitution soit légale au Costa Rica, il existe plusieurs lois et sanctions pour réglementer l’industrie et protéger les travailleurs du sexe et leurs clients. Certaines des principales dispositions légales liées à la prostitution dans le pays incluent: :

Il n’est pas rare que des opérations d’infiltration soient menées pour démasquer les personnes cherchant à avoir des relations sexuelles avec des enfants. Dans ce pays, le principe de «innocent jusqu’à preuve du contraire» ne s’applique pas vraiment. C’est plutôt «peut-être innocent, et la personne doit attendre en prison, jusqu’à ce qu’elle soit déclarée coupable.»

Lois contre le proxénétisme. Bien que la prostitution en elle-même soit légale, agir en tant que proxénète ou promouvoir la prostitution est illégal. Cela comprend la gestion d’une maison close, le transport de prostituées et la publicité de services sexuels.

Réglementations sanitaires : La loi costaricienne exige que les travailleurs du sexe se soumettent à des contrôles de santé réguliers. Ils doivent aussi porter une carte de santé pour prouver qu’ils sont exempts d’infections sexuellement transmissibles. Les clients qui ont des relations sexuelles avec un travailleur du sexe sans une carte de santé valide peuvent être condamnés à des amendes.

«En légalisant la prostitution pour les adultes de plus de 18 ans et en exigeant des vérifications de santé régulières, le gouvernement prend des mesures pour minimiser les risques associés au travail sexuel, tant pour les travailleurs eux-mêmes que pour leurs clients.»

Victoria, une travailleuse du sexe à Jaco

La prostitution a fait partie de la société costaricienne pendant de nombreuses années. Tenant des archives historiques remontant au XIXe siècle. Pendant cette période, le travail sexuel était principalement concentré dans les ports de Puntarenas et Limón. Où il répondait aux besoins des marins et des travailleurs étrangers. Au début du XXe siècle, le gouvernement costaricien a commencé à réglementer l’industrie., en mettant en place des contrôles de santé pour les travailleurs du sexe et en exigeant d’eux qu’ils portent des cartes de santé.

Au cours des dernières années, le débat sur la légalisation de la prostitution au Costa Rica s’est intensifié. Certains soutiennent que la légalisation et la réglementation de l’industrie peuvent aider à protéger les travailleurs du sexe contre la violence et l’exploitation, tandis que d’autres estiment que cela favorise la traite des personnes et l’exploitation sexuelle. Malgré ces débats, le statut légal de la prostitution au Costa Rica est resté inchangé.

Où trouver des liens utiles, des lois gouvernementales et des ressources sur la prostitution au Costa Rica ? Nous sommes heureux de vous partager plus d’informations sur les lois et les réglementations entourant la prostitution au Costa Rica. Les ressources suivantes peuvent être utiles :

Organismo de Investigación Judicial (OIJ) : L’OIJ est responsable de l’enquête sur les crimes au Costa Rica. Y compris ceux liés à la prostitution et à la traite des personnes.

PANI : L’Agence nationale du bien-être de l’enfant (PANI) est une organisation gouvernementale chargée de protéger les droits des enfants au Costa Rica. Y compris ceux touchés par l’exploitation sexuelle et la traite des personnes.

Ministère des Relations extérieures : Le ministère des Relations extérieures peut fournir des informations sur les visas… Ainsi que les exigences d’entrée pour les étrangers qui prévoient de visiter le Costa Rica.

Direction générale de l’immigration et de l’étranger. Cette agence gouvernementale supervise les affaires d’immigration et de résidence au Costa Rica. Y compris celles liées aux travailleurs du sexe venant d’autres pays.


Related Articles

Laisser un commentaire