Accueil » Biographie de Marjorie Elliott Sypher: la charmante Canadienne qui fut première dame du Costa Rica

Biographie de Marjorie Elliott Sypher: la charmante Canadienne qui fut première dame du Costa Rica

par Yves Pepito Malette
214 vues

Marjorie Elliott Sypher est née à Ottawa, au Canada, en 1926. Ses parents étaient Gideon Colin Fraser Elliott Smith et Mary Marjorie Sypher.

Gideon Elliott, ingénieur civil et avocat, a occupé certains des postes politiques et diplomatiques les plus élevés du Canada et a été nommé Conseiller Royal. Sa femme avait été enseignante au Manitoba et avait obtenu une licence en musique et chant du Conservatoire de l’Université de Toronto. Marjorie a eu une enfance très heureuse avec ses parents et son frère Roy Fraser Elliott, un avocat et industriel canadien renommé. La famille Elliott Sypher vivait à Ottawa et possédait une maison de campagne sur les rives de la rivière Gatineau, dans la province de Québec.

En 1947, Marjorie a rencontré Daniel Oduber Quirós à Montréal, où il étudiait la philosophie après avoir obtenu son diplôme en droit à l’Université du Costa Rica. Ses réussites académiques ont impressionné Marjorie, particulièrement en philosophie, où il surpassait largement ses pairs canadiens.

Ils se sont retrouvés à Paris, où Daniel occupait un poste diplomatique et étudiait pour obtenir son doctorat en philosophie de l’Université Sorbonne.

Dès leur première rencontre, Daniel et Marjorie ont partagé leurs profondes préoccupations intellectuelles. Pendant leur période de fréquentation et tout au long de leur mariage, la lecture était l’une des activités qui les unissait le plus. Ils essayaient de se tenir informés des événements actuels en philosophie, politique, sociologie, arts et culture en général.

Marjorie et Daniel se sont mariés à l’ambassade canadienne à Paris le 13 mai 1950. Marjorie avait 23 ans et Daniel 28 ans. Quelques années plus tard, ils se sont mariés selon le rite catholique à Coronado, et l’archevêque Benjamín Núñez a béni leur union.

Les jeunes mariés ont passé leur lune de miel à Fornells, dans la province espagnole de Gérone. De 1953 à 1955, Daniel a été l’ambassadeur spécial du Costa Rica en Europe, résidant à Paris. En 1958, ils sont retournés au Costa Rica, et Daniel a été élu député de 1958 à 1962. Très tôt, Marjorie a rejoint le réseau politique costaricain et, dès 1958, elle a présenté un projet au Congrès qui est devenu la Commission nationale pour les prêts à l’éducation (CONAPE).

Daniel est devenu ministre des Affaires étrangères de 1962 à 1964 et président de la République de 1974 à 1978. Certaines de ses réalisations majeures incluent le commencement de la construction de l’actuel Aéroport International Daniel Oduber au Guanacaste, préfigurant le vaste développement touristique de Guanacaste autour du Golfe de Papagayo. Sa réalisation la plus durable a été la création du Système National pour les Zones de Conservation, ainsi que l’inauguration des 13 premiers parcs nationaux en tant que Président de la République.

Anna Maria Oduder (à gauche) en compagnie de ses parents Daniel Oducer Quiros et Marjorie Elliott Sypher

En tant que première dame du Costa Rica, le premier effort de Marjorie a été d’obtenir un grand piano pour le compositeur Benjamín Gutiérrez, qui l’a à son tour donné à l’École des arts musicaux de l’Université du Costa Rica.

Peut-être que son activité principale et la plus fructueuse en tant que première dame, à laquelle elle a consacré d’innombrables heures, a été le développement d’un programme de bibliothèques rurales, créé avec le soutien de l’Association des dames diplomatiques. Pour la mise en œuvre du programme, de grandes quantités de livres adaptés aux enfants ont été achetés – éditions reliées, en gros caractères et avec des illustrations colorées – et ils ont été distribués aux écoles rurales, accompagnés d’étagères colorées et de ballons de football.

L’État a contribué des ressources au programme, mais pour collecter des fonds supplémentaires, Marjorie et ses collaborateurs ont organisé des foires, des expositions et d’autres activités.

Tout au long de l’administration de Daniel, Marjorie a visité environ 1 300 écoles dans les zones les plus reculées du pays et a remis une bibliothèque à chacune d’entre elles. Lors de ces tournées, elle a utilisé les moyens de transport les plus variés, car il y avait des endroits qu’elle devait atteindre à cheval, en avion, en hélicoptère et même en radeau. La dernière de ces visites a eu lieu le 7 mai 1978, la veille de la fin du mandat présidentiel.

Son intérêt pour la nature l’a amenée à participer à différentes initiatives de conservation, dont la préparation du projet qui a donné lieu en 1977 à la loi sur la reforestation. Le célèbre ornithologue, Alexander Skutch, lui a dédié son livre «Birds of Costa Rica«.

En tant que première dame, elle a également dû remplir des fonctions protocolaires et accueillir des invités distingués. La visite de Leurs Majestés les rois d’Espagne, Juan Carlos I et Sofía, en septembre 1977, a été particulièrement pertinente. Le souverain espagnol a accordé à Marjorie l’Ordre royal d’Isabelle la Catholique.

Après le mandat présidentiel d’Oduber, Marjorie a continué à travailler dans des programmes de bibliothèques pour les écoles secondaires et, avec des fonds personnels, a fait don de nombreux livres à des bibliothèques. Avec ses enfants, elle a également créé un programme pour promouvoir la musique classique à la Bibliothèque nationale.

Elle a partagé avec Don Daniel son intérêt pour l’archéologie et ensemble ils ont formé une importante collection, qu’ils ont donnée en 1987 au Musée national avec des fonds pour la zone d’exposition correspondante. Marjorie s’intéressait également beaucoup aux plantes et aux fleurs, en particulier aux orchidées.

Après le décès de Daniel en 1991, Marjorie est restée au Costa Rica et a consacré son temps à ses enfants Luis Adrian et Anna Maria, collaborant avec la presse sur différents sujets d’intérêt, et développant un projet qui est devenu le Musée national de la province de Guanacaste, où elle est devenue citoyenne d’honneur.

Marjorie est décédée paisiblement chez elle à San José le 16 avril 2015. Elle sera toujours admirée et respectée par les citoyens costaricains, et restera dans les mémoires comme une première dame discrète, intelligente et cultivée.

Son amour pour le Costa Rica s’étendait bien au-delà des frontières politiques et sociales. Elle a toujours été fascinée par la flore et la faune exubérantes du pays, et son engagement envers la conservation de la nature était un hommage à la magnifique biodiversité du Costa Rica. Ses yeux brillaient d’admiration chaque fois qu’elle parcourait les forêts luxuriantes ou se tenait sur les rives bénies par la beauté inégalée de la nature costaricaine.

Marjorie Elliott a laissé un héritage inébranlable dans le cœur des Costaricains, et sa vie est un témoignage éloquent de son admiration et de son amour profond pour le Costa Rica et son peuple merveilleux. Dans les yeux des citoyens reconnaissants, elle demeurera toujours comme une étoile brillante qui a éclairé le chemin de la culture, de l’éducation, et de l’amour inconditionnel pour ce pays qui a capturé son cœur.


LISEZ AUSSI LE TEXTE DE ANNA MARIA ODUBER, LA FILLE DE MARJORIE ELLIOT SYPHER ET DANIEL ODUBER QUIROS, INTITULÉ: L’héritage de mon père comme président du Costa Rica – PUBLIÉ ICI DANS MAG506.COM


Related Articles

3 commentaires

Aymon Sophie 24 septembre 2023 - 19 h 20 min

Magnifique texte, merci pour ces informations si importantes et captivantes…. écrit avec talent ! Tu es incroyable

Répondre
Yves Pepito Malette 25 septembre 2023 - 5 h 14 min

Merci beaucoup chère fidèle lectrice.

Répondre
Mark Martin 25 septembre 2023 - 6 h 54 min

Très fasciant et informatif comme texte. Gracias Pepito.

Répondre

Laisser un commentaire