Accueil » Le routes du Costa Rica : une urgence nationale selon le président

Le routes du Costa Rica : une urgence nationale selon le président

par Yves Pepito Malette
187 vues

Le président de la République, Rodrigo Chaves, a décrété une urgence nationale en raison du mauvais état des routes, compte tenu des fortes pluies qui ont touché le pays et du manque d’entretien.

Chaves a expliqué que 700 millions de dollars seraient demandés pour réparer les écoles et les routes dans tout le pays.

« Je vais dire ce qui est évident : les infrastructures de ce pays sont vraiment déplorables. Quand il pleut, nous devons fermer les routes; nous avons environ un millier d’écoles avec des ordres sanitaires ; dans la seule région du sud, plus de 250 écoles ont été inondées. Cela est dû à la négligence et à l’incompétence sur la façon dont le pays a été administré », a déclaré le président.

Le président Rodrigo Chaves a souligné que, bien qu’il ait plu abondamment et que divers phénomènes naturels aient eu un impact sur le Costa Rica, rien ne justifie l’état actuel des infrastructures du pays.

«Nous nous sommes mis d’accord sur une voie claire pour éviter de fermer des routes telles que la 27 et la 32, éviter les nids-de-poule, les affaissements de route et les tragédies que nous avons malheureusement vues», a ajouté Chaves.

La Commission nationale d’urgence (CNE) publiera également une «déclaration de danger imminent» en raison des conditions épouvantables des infrastructures qui mettent la vie des gens en danger.

En outre, le pouvoir exécutif présentera un projet de loi à l’Assemblée législative pour l’approbation urgente d’un crédit pour commencer toutes les réparations pendant la saison sèche.

« Les 700 millions de dollars proviennent du FMI, un fonds environnemental. Si c’est trop lent, nous discutons déjà avec la BID pour un prêt », a ajouté le président.

Luis Amador, ministre des Transports, a expliqué que l’infrastructure a été sous inspection. Il y a quelques jours, il s’est rendu dans la Zone Sud pour vérifier son état.

Selon Amador, la zone manquait du travail préventif requis et de nombreuses communautés ont énormément souffert en raison de la négligence de ceux qui étaient auparavant en charge.

Le président du CNE, Alejandro Picado Eduarte, a souligné qu’ils avaient immédiatement demandé un rapport de dommages aux institutions pour préparer le plan général d’urgence pour son approbation ultérieure par le conseil d’administration.

Il a également illustré que le pouvoir exécutif présenterait un projet de loi à l’Assemblée législative pour l’approbation urgente de ce crédit afin de profiter des conditions estivales, qui sont les meilleures pour les travaux d’infrastructure.

« Nous ne pouvons pas permettre à la saison des pluies de 2023 de provoquer les mêmes conditions que cette année et d’infliger davantage de dégâts. Avant tout, nous devons activer des mesures pour protéger la vie », ont convenu les autorités.

Related Articles

3 commentaires

Chantal Moreau 19 octobre 2022 - 1 h 57 min

Merci beaucoup, c’est intéressant à savoir.

Répondre
Yves Pepito Malette 19 octobre 2022 - 21 h 47 min

Les zones les plus affectées dans dans le centre du pays – dans les montagnes. Le tout devrait revenir à la normal bientôt.

Répondre
Sylvie Lachapelle 21 octobre 2022 - 2 h 41 min

Merci Yves, c’est bien de savoir que le gouvernement veut une amélioration de la situation👍

Répondre

Laisser un commentaire