Accueil » Le Costa Rica enregistrera sa deuxième plus forte croissance économique des dix dernières années

Le Costa Rica enregistrera sa deuxième plus forte croissance économique des dix dernières années

Tous les secteurs productifs, à l'exception de l'agriculture, connaissent une plus grande dynamique

par Yves Pepito Malette
1,K vues

Cette année, le Costa Rica enregistrera sa deuxième meilleure croissance économique de la dernière décennie : 5 %, générant ainsi plus d’investissement privé, et par conséquent, plus d’emplois et de consommation grâce à un revenu disponible plus élevé pour les ménages.

En effet, la dynamique a contaminé d’autres secteurs de l’économie tels que le commerce, le tourisme et la construction privée, bien que l’agriculture connaisse toujours un déclin dans le contexte actuel.

La production est stimulée par les entreprises liées à l’exportation de produits médicaux. De même, on observe une croissance dans l’industrie, le commerce, les services et la construction.

Gina Carvajal, directrice générale de la Banco Popular

Le changement dans les prévisions de croissance, passant de 4,2 à 5 points de pourcentage, a des effets positifs pour attirer les investissements étrangers directs. Cela est également de bon augure pour respecter les engagements du Costa Rica envers des organismes internationaux tels que le Fonds monétaire international.

«Le Costa Rica devient un aimant pour l’attraction d’investissements étrangers directs, ainsi que pour les réinvestissements sur le marché intérieur», a souligné Daniel Souchar, analyste financier.

Cette année, cela se manifeste même après l’arrivée de 28 nouvelles entreprises multinationales, selon les données de Cinde.

Ces nouvelles entreprises ou réinvestissements, résultat de la plus grande dynamique économique, permettront de réduire le chômage, selon Elizabeth Morales, sous-directrice de Coopecaha.

Le taux de croissance génère des perspectives encourageantes pour les ménages et les entreprises, selon les experts.

Le fait que l’économie croisse au-dessus de son potentiel, ou de son taux naturel, signifie qu’il y a plus d’options d’investissement et d’affaires, ainsi que plus de biens et de services à la disposition des consommateurs.

La baisse des taux d’intérêt constitue un coup de pouce, car les prêts détenus par les ménages et les entreprises sont en diminution. La Banque centrale estime que les taux actifs de l’économie s’ajustent en moyenne en 16 mois, contre une moyenne de 7 mois pour les taux passifs.

«Après la pandémie, de nombreuses personnes réintègrent le marché du travail, ce qui est très positif, donc nous espérons que cet indicateur continuera de baisser d’au moins deux points. De plus, on constate une plus grande activité économique et une plus grande dynamique dans l’acquisition de biens et de services, renforcée par l’obtention de crédits à la consommation, hypothécaires et garantis», a expliqué Morales.

La baisse des taux d’intérêt et une plus grande stabilité du prix du dollar font également que les gens ressentent un soulagement dans leurs poches.

Pour 2024, on estime que la croissance sera de 3,8 % après avoir analysé le comportement des principaux indicateurs économiques.

Cela permet d’anticiper que les effets de la pandémie qui a touché le monde en 2020 sont derrière nous. Il y a eu une réponse opportune en matière de politique monétaire et fiscale qui a permis de consolider les chiffres de la croissance en 2023 et qui se maintiendra ainsi en 2024″, a déclaré Rodrigo Cubero, ancien président de la Banque centrale.

Cependant, il est important de noter que des risques persistents pourraient affecter cette reprise, tels qu’une politique monétaire restrictive, une croissance plus faible ou une décélération de l’économie mondiale, une augmentation des prix internationaux des matières premières et l’aggravation des conflits géopolitiques, entre autres.


Related Articles

Laisser un commentaire