Accueil » Le Costa Rica célèbre 75 ans sans Armée

Le Costa Rica célèbre 75 ans sans Armée

La révolution de la paix et de l'éducation : un exemple pour le monde

par Yves Pepito Malette
4,1K vues

Le 1er décembre 1948 marque un tournant majeur dans l’histoire du Costa Rica, un pays d’Amérique centrale connu pour sa stabilité politique, son engagement envers la paix et sa démilitarisation. À cette date précise, le Costa Rica a pris une décision audacieuse et révolutionnaire en abolissant son armée, une décision qui a profondément marqué l’identité nationale et défini le cours de son développement futur.

L’événement historique a eu lieu au Cuartel Bellavista, anciennement un symbole de la puissance militaire du pays, mais qui abrite aujourd’hui le Musée national du Costa Rica. À cette occasion, le président José Figueres Ferrer, qui dirigeait le Conseil fondateur de la Deuxième République, a pris un marteau-piqueur et a symboliquement abattu un mur du cuartel. Cet acte solennel et puissant a marqué l’abolition officielle de l’Armée nationale, symbolisant la transition du Costa Rica d’une nation militarisée à une nation centrée sur le développement humain et la paix.

José Figueres Ferrer a exprimé le sens de cette décision en déclarant : «J’ai pris un marteau-piqueur pour abattre un mur du Cuartel Bellavista afin de symboliser l’élimination du vestige de l’esprit militaire du Costa Rica d’une autre époque. J’ai remis le bâtiment pour abriter le siège d’un musée d’anthropologie qui continue à rayonner la culture aujourd’hui.» Cette décision courageuse a marqué le début d’une ère nouvelle pour le Costa Rica.

L’abolition de l’armée en tant qu’institution permanente a eu un impact extraordinaire sur le pays. Elle a permis de rediriger les ressources financières et humaines autrefois consacrées à l’armée vers des secteurs essentiels tels que les soins de santé, l’éducation et la culture. Le Costa Rica s’est ainsi engagé à investir dans le bien-être de sa population et à développer un modèle de société axé sur la justice et l’éducation.

Cette décision a également eu des répercussions positives à l’échelle mondiale, en faisant du Costa Rica un exemple unique en Amérique latine. Alors que de nombreux pays de la région étaient en proie à des conflits militaires et à des régimes autoritaires, le Costa Rica se distinguait par son engagement en faveur de la démocratie et de la paix.

Cette décision de notre beau Costa Rica montre que la paix et le développement sont des objectifs qui valent la peine d’être poursuivis, même si cela signifie abandonner des structures militaires traditionnelles. C’est une leçon précieuse pour le monde entier, et le Costa Rica mérite d’être célébré pour cette décision historique.

José Daniel Cordero, un Costaricien de Puerto Jiménez

Suite à l’abolition de l’armée, les responsabilités de sécurité intérieure ont été confiées à la Garde civile, une force nouvellement créée qui a progressivement assumé le rôle de maintien de l’ordre public. Cette transition s’est poursuivie au fil des décennies, aboutissant à la création de la Loi générale de la police en 1994, visant à professionnaliser les forces de police et à renforcer la sécurité du pays.

Dans les années 40, le pays a connu des épisodes de violence politique intense, ce qui a conduit à une guerre civile en 1948. À la fin de ce conflit, la même année, le gouvernement de José Figueres Ferrer a supprimé les forces armées et en 1949, cette décision a été consacrée dans la Constitution politique.

Cette mesure a eu des avantages sur le plan économique. C’est ce qu’a révélé une étude de l’Observatoire du Développement de l’Université du Costa Rica intitulée «Adieu aux armes : les effets à long terme de l’abolition de l’armée au Costa Rica sur le développement».

Entre 1920 et 1949, le PIB costaricien augmentait à un taux annuel moyen de 1,31 %. À partir de l’abolition et au cours des 60 années suivantes, c’est-à-dire entre 1951 et 2010, le taux de croissance moyen est passé à 2,44 %.

Cela place le Costa Rica comme le pays de la région avec le deuxième taux de croissance le plus élevé au cours de cette période, dépassé seulement par le Brésil avec 2,53 % du PIB, et celui qui a le plus augmenté ce taux entre ces périodes, souligne le rapport.

Mais ce n’est pas tout. Selon les chercheurs Alejandro Abarca et Suráyabi Ramírez, en plus d’avoir un impact sur la croissance du PIB par habitant, cette mesure a empêché l’inversion des réformes sociales et institutionnelles des années 40, «permettant au pays de jouir d’une stabilité politique exceptionnelle et unique en Amérique latine».

Depuis 1951, en Amérique latine, il y a eu plus de 97 coups d’État, 21 épisodes de violence politique, 134 épisodes de violence civile et 35 épisodes de violence ethnique, alors que le Costa Rica n’a connu qu’une tentative de coup d’État infructueuse en 1955.

Le Costa Rica commémore chaque année le 1er décembre cet événement historique, célébrant une étape majeure dans sa quête de paix, de stabilité et de développement. La constitution de 1949 a formellement consacré l’abolition de l’armée, marquant ainsi le début d’une ère de progrès et de prospérité basée sur l’éducation et la culture.

En conclusion, l’abolition de l’armée du Costa Rica en 1948 reste un exemple inspirant de la manière dont une nation peut prendre des décisions audacieuses pour façonner son avenir.

Elle a permis au Costa Rica de devenir un phare de la paix et du développement en Amérique latine, tout en soulignant l’importance de la construction d’une société fondée sur des valeurs humanitaires plutôt que sur la puissance militaire.

Related Articles

Laisser un commentaire